'Experte en technologies pédagogiques'

Nina a récemment obtenu son doctorat en technologie pédagogique à l'Université de l'Ohio. Elle est passionnée par l'apprentissage à distance dans un environnement extrême, avec un accent sur les glaciers et la réalité virtuelle. Nina est une alpiniste experte et a fait une tonne d'escalade alpine, de voile, de moto, elle aime vraiment combiner expédition et recherche.

file-29.jpeg
_MG_9181.jpg

Salut Nina!

 

Où es-tu actuellement et d'où es-tu originaire?

Je suis actuellement dans le parc national de Yellowstone et à Jackson Hole, dans le Wyoming aux États-Unis. Je suis née en Allemagne, et quand j'avais deux ans, mon père est décédé, alors nous avons déménagé en Bosnie, où je grandis. Plus tard, nous avons déménagé en Serbie, où j'ai terminé mon premier cycle. J'ai eu une excellente opportunité de faire ma maîtrise et mon doctorat. à l'Université de l'Ohio aux États-Unis.

 

Quel est ton métier?

Comme je viens de terminer mon doctorat, je recherche ma prochaine opportunité dans le milieu universitaire. En attendant, j'essaye de tirer quelques pneus et de me préparer le plus possible pour l'expédition. En même temps, je travaille sur la sensibilisation éducative de l'expédition, en discutant avec de nombreuses écoles dans le monde.

 

Peux-tu te décrire en 3 mots?

Optimiste, travailleuse acharnée, loyale.

 

Que signifie pour toi les«Sentinelles du climat»?

Cette expédition compte beaucoup pour moi. Cela me donne l'espoir que la science est accessible à tous avec l'utilisation de la technologie. De plus, les résultats des échantillons qui seront collectés lors de notre expédition au Svalbard répondront à de nombreuses questions cruciales pour informer sur la manière de protéger les écosystèmes de l'Arctique.

 

Qu'espères-tu réaliser avec ce projet?

Climate Sentinels n'est pas seulement une expédition avec 6 femmes scientifiques. J'espère que cela encouragera d'autres scientifiques à déplacer les frontières et à dire OUI, il est possible de faire plus de «science propre». Avec l'utilisation de la réalité virtuelle, nous apporterons cet environnement unique au grand public, et de nombreuses personnes auront l'occasion de voir et d'en apprendre davantage sur l'Arctique virtuellement.

 

Y a-t-il quelque chose qui t'effraie / t'inquiète à propos de l'expédition?

Avec la hausse des températures, les glaciers ont plus de crevasses ouvertes, ce qui peut être un gros défi. J'ai aussi peur des ours polaires et des extraterrestres (je suppose que le film «The Thing» a eu une grande influence sur moi).

 

Qu'est-ce qui te passionne le plus avec ce projet?

Je suis vraiment ravie d'être cette pièce du puzzle qui reliera le grand public, les jeunes, la science et l'Arctique. Le meilleur sentiment est quand je sais répondre aux questions exceptionnelles que nous recevons de nombreuses écoles du monde entier, et je peux partager les connaissances que je gagnerai de l'expédition. Je suis tellement heureuse de faire partie de cette équipe. Depuis que j'ai été la dernière à rejoindre Climate Sentinels, j'ai obtenu un énorme soutien d'Alia, Heidi, Anne, Silje et Dorothee. Honnêtement, avec cette équipe je n'ai plus peur des extraterrestres :)