Glaciologue

Heidi est glaciologue, elle a obtenu son doctorat au Centre universitaire de Svalbard (UNIS) et à l'Université d'Oslo. Née dans les Alpes françaises, elle a étudié la géographie physique à Lyon 3, puis à l'UNIS, l'université la plus septentrionale du monde au Svalbard. Elle a obtenu son master en glaciologie de l'université galloise d'Aberystwyth. En 2011, Heidi a commencé son doctorat sur les surges glaciaires à l'UNIS à Svalbard, et son travail a fait la couverture du magazine Science en décembre 2017. Outre le Svalbard, Heidi a effectué des travaux de terrain dans l'Himalaya, au Groenland et sur la banquise de Larsen C en Antarctique. Après son post-doctorat à l'université de St Andrews, en Écosse, elle est devenue l'animatrice de deux séries de documentaires télévisées: Terres Extremes et Il Faut Sauver les Alpes. Aujourd'hui, Heidi est Directrice de communication scientifique à ICCI,International Cryosphere Climate Initiative et travaille d'arrache-pied pour rendre la science du changement climatique plus accessible aux décideurs et au grand public!

received_1992353674398928.jpg

Bonjour Heidi!

 

Où êtes-vous actuellement et d'où êtes-vous originaire?

Je suis chez moi dans les Alpes françaises ce qui est plutôt inhabituel, COVID m'a obligé à mettre mes voyages en pause pendant quelques mois. En fait, c'était super agréable d'être à la maison pendant plus de 5 jours consécutifs.

 

Quel est votre travail?

Eh bien, je suis glaciologue, mais j'ai mis la recherche de côté pour me concentrer à 100% sur la politique scientifique et la communication scientifique. Aujourd'hui, je travaille en tant que directeur de la communication scientifique à l'ICCI, l'Initiative internationale sur le climat de la cryosphère, et en tant que consultant en communication scientifique. En plus de mon travail principal, je dirige trois projets de sensibilisation, Glaciers On The Move, The Last Tropical Glaciers et bien sûr Climate Sentinels!

 

Pouvez-vous vous décrire en 3 mots?

Passionnée, déterminée et positive.

 

Que signifie pour vous «Sentinelles du climat»?

Cela signifie tout pour moi! C'est un projet passionnel sur lequel nous travaillons depuis si longtemps déjà. C'est ainsi que nous espérons inspirer et responsabiliser.

 

Qu'espérez-vous réaliser avec ce projet?

Je vois les Sentinelles du climat comme le moyen de briser le moule des expéditions de recherche polaires classiques. Nous avons pris tout ce que nous aimions dans le fait d'être des scientifiques de terrain et avons changé tout ce que nous pensons devoir changer. Un de nos plus grands objectifs est de connecter le grand public - en particulier les jeunes générations - avec la science et les régions polaires, de collecter de grands échantillons de manière sûre et de prouver que les expéditions de recherche peuvent être neutres en carbone.

 

Y a-t-il quelque chose qui vous fait peur / vous inquiète à propos de l'expédition?

Bien sûr! Mais je trouve assez sain d'aborder cette expédition avec une dose modérée d'appréhension. Beaucoup de choses peuvent mal tourner lorsque nous travaillons sur le terrain dans les régions polaires, mais je fais entièrement confiance à l'expérience de l'équipe et, ensemble, je suis sûr que nous serons en mesure de prendre les bonnes décisions et d'être aussi sûrs que possible sur le terrain.

 

Qu'est-ce qui vous passionne le plus avec ce projet?

Ce que j'aime toujours lorsque nous travaillons sur le terrain dans des endroits difficiles, c'est la camaraderie. J'ai vraiment hâte de passer du temps sur le terrain avec ces scientifiques incroyables que j'ai la chance d'appeler des amis! Je parie que nous aurons pas mal d'histoires à raconter après l'expédition. J'ai aussi très hâte de partager notre passion avec les écoles et les étudiants! C'est ce que j'aime le plus dans le fait d'être une scientifique.

Et voici l'interview post-expédition !

Bonjour Heidi !

Où êtes-vous dans le monde et comment votre vie a-t-elle changé depuis l'expédition Climate Sentinels ?

Je suis actuellement dans les Alpes françaises, de retour d'une expédition fantastique avec mon autre projet The Last Tropical Glaciers, traitant toutes les données que nous avons collectées. Sur le plan professionnel, je travaille maintenant à temps plein pour AMAP, le programme de surveillance et d'évaluation de l'Arctique.

Si vous deviez résumer Climate Sentinels en trois mots, quels seraient ces mots ?

Epreuve, éclairante, motivante.

S'il y avait un moment de l'expédition que vous n'oublierez jamais, quel serait-il ?

C'est une question impossible. Il y a tellement de moments que je chérirai pour toujours, les bons et les mauvais. Je n'oublierai jamais les tempêtes incessantes. Je n'oublierai jamais le jour où nous avons décidé de nous enterrer dans la neige pour ne pas perdre nos tentes. Le premier jour, nous n'avons pas souffert du mauvais temps. La fois où nous avons dû fuir l'ours. Les soirées sous les tentes à lire des SMS de nos amis qui nous ont fait rire aux larmes ou qui nous ont motivés à continuer. L'incroyable, incroyable quantité d'aide que nous avons reçue de nos amis de Svalbard. Les cabanes, les descentes, les paysages qui changent lentement et les pingos toujours décevants. Dans l'ensemble, je n'oublierai jamais le courage, l'empathie et la gentillesse dont mes coéquipiers ont fait preuve lors de cette expédition.

Lors de votre entretien préalable à l'expédition, vous avez mentionné que certaines choses vous inquiétaient au sujet de l'expédition. Avec le recul, qu'est-ce qui a été le pire/le plus difficile de ce voyage ?

Sans aucun doute la météo horrible. Et bien sûr tout est lié à la météo quand on est dehors 24h/24 et 7j/7 : les avalanches, l'état de la banquise, les crevasses, votre capacité à voir ce qui vous entoure (ours par exemple). Nous ne pouvions tout simplement pas y croire. Je pense qu'il m'a fallu environ une semaine pour comprendre que nous vivions quelque chose d'historiquement anormal, et que nous subissions probablement l'impact direct du changement climatique. J'ai été choquée de voir à quelle vitesse le Svalbard change en réponse à la crise climatique. Heureusement pour nous, après deux semaines de temps fou, les choses ont commencé à s'améliorer et nous avons pu terminer cette expédition avec tous nos doigts et orteils. Mais c'était de loin la chose la plus difficile que j'ai jamais faite...

Qu'avez-vous appris de cette expédition ?

La seule chose qui a transpiré tout au long de l'expédition est l'empathie, l'altruisme de l'équipe. J'ai beaucoup appris d'elles, mais aussi beaucoup sur moi-même et jusqu'où on peut être poussé pour survivre dans ces conditions. J'ai également appris que le changement climatique perturbe déjà profondément l'environnement arctique, bien au-delà de ce que je savais déjà.  

Aimeriez-vous repartir pour une autre expédition avec ces folles ? Et si oui où ?

En un battement de coeur! Le temps passe vite et j'adorerais me lancer dans une autre expédition avec ces incroyables dames. Ce n'est qu'une question de temps avant que nous nous retrouvions dans un autre coin du monde. 

Heidi.jpg