Glaciologue

Heidi est glaciologue, elle a obtenu son doctorat au Centre universitaire de Svalbard (UNIS) et à l'Université d'Oslo. Née dans les Alpes françaises, elle a étudié la géographie physique à Lyon 3, puis à l'UNIS, l'université la plus septentrionale du monde au Svalbard. Elle a obtenu son master en glaciologie de l'université galloise d'Aberystwyth. En 2011, Heidi a commencé son doctorat sur les surges glaciaires à l'UNIS à Svalbard, et son travail a fait la couverture du magazine Science en décembre 2017. Outre le Svalbard, Heidi a effectué des travaux de terrain dans l'Himalaya, au Groenland et sur la banquise de Larsen C en Antarctique. Après son post-doctorat à l'université de St Andrews, en Écosse, elle est devenue l'animatrice de deux séries de documentaires télévisées: Terres Extremes et Il Faut Sauver les Alpes. Aujourd'hui, Heidi est Directrice de communication scientifique à ICCI,International Cryosphere Climate Initiative et travaille d'arrache-pied pour rendre la science du changement climatique plus accessible aux décideurs et au grand public!

Bonjour Heidi!

 

Où êtes-vous actuellement et d'où êtes-vous originaire?

Je suis chez moi dans les Alpes françaises ce qui est plutôt inhabituel, COVID m'a obligé à mettre mes voyages en pause pendant quelques mois. En fait, c'était super agréable d'être à la maison pendant plus de 5 jours consécutifs.

 

Quel est votre travail?

Eh bien, je suis glaciologue, mais j'ai mis la recherche de côté pour me concentrer à 100% sur la politique scientifique et la communication scientifique. Aujourd'hui, je travaille en tant que directeur de la communication scientifique à l'ICCI, l'Initiative internationale sur le climat de la cryosphère, et en tant que consultant en communication scientifique. En plus de mon travail principal, je dirige trois projets de sensibilisation, Glaciers On The Move, The Last Tropical Glaciers et bien sûr Climate Sentinels!

 

Pouvez-vous vous décrire en 3 mots?

Passionnée, déterminée et positive.

 

Que signifie pour vous «Sentinelles du climat»?

Cela signifie tout pour moi! C'est un projet passionnel sur lequel nous travaillons depuis si longtemps déjà. C'est ainsi que nous espérons inspirer et responsabiliser.

 

Qu'espérez-vous réaliser avec ce projet?

Je vois les Sentinelles du climat comme le moyen de briser le moule des expéditions de recherche polaires classiques. Nous avons pris tout ce que nous aimions dans le fait d'être des scientifiques de terrain et avons changé tout ce que nous pensons devoir changer. Un de nos plus grands objectifs est de connecter le grand public - en particulier les jeunes générations - avec la science et les régions polaires, de collecter de grands échantillons de manière sûre et de prouver que les expéditions de recherche peuvent être neutres en carbone.

 

Y a-t-il quelque chose qui vous fait peur / vous inquiète à propos de l'expédition?

Bien sûr! Mais je trouve assez sain d'aborder cette expédition avec une dose modérée d'appréhension. Beaucoup de choses peuvent mal tourner lorsque nous travaillons sur le terrain dans les régions polaires, mais je fais entièrement confiance à l'expérience de l'équipe et, ensemble, je suis sûr que nous serons en mesure de prendre les bonnes décisions et d'être aussi sûrs que possible sur le terrain.

 

Qu'est-ce qui vous passionne le plus avec ce projet?

Ce que j'aime toujours lorsque nous travaillons sur le terrain dans des endroits difficiles, c'est la camaraderie. J'ai vraiment hâte de passer du temps sur le terrain avec ces scientifiques incroyables que j'ai la chance d'appeler des amis! Je parie que nous aurons pas mal d'histoires à raconter après l'expédition. J'ai aussi très hâte de partager notre passion avec les écoles et les étudiants! C'est ce que j'aime le plus dans le fait d'être une scientifique.

©2020 by Climate Sentinels.